Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Alien

Culte du dimanche : Alien

posté le 24/10/2010 FredP

alien film culte myscreens blog cinema

« Dans l’espace, personne ne vous entend crier»  … une tagline devenue aussi culte que le film qui la portait. Avec Alien, Ridley Scott nous prĂ©sentait le monstre de nos cauchemars et le  film de SF horrifique par excellence.

Après s’ĂŞtre fait remarquĂ© avec plusieurs publicitĂ©s et son premier film Les Duellistes (dĂ©jĂ  un film d’Ă©poque oĂą l’on pressentait tout son intĂ©rĂŞt pour le film d’Ă©poque), Ridley Scott rĂ©pond Ă  une demande de studio pour rĂ©aliser Alien. A l’origine, Walter Hill devait le rĂ©aliser mais il n’en sera finalement que le producteur et scĂ©nariste. Y voyant, après Star Wars, un rĂ©el intĂ©rĂŞt pour les effets spĂ©ciaux et l’occasion d’obtenir une reconnaissance internationale, Scott fonce tĂŞte baissĂ©e et nous offre l’une des terreurs les plus mĂ©morables du cinĂ©ma.

Il faut dire que le rĂ©alisateur sais mettre le spectateur dans l’ambiance dès le dĂ©but du film en nous laissant errer dans les sombres couloirs du vaisseau Nostromo. En ayant travaillĂ© avec HR Giger pour le design, le rĂ©alisateur nous prĂ©sente des dĂ©cors aussi poisseux que rĂ©alistes et montre dĂ©jĂ  un sacrĂ© don pour la photo. Après le rĂ©veil des passagers nous sommes placĂ©s Ă  leur niveau, car ils ne sont pas des scientifiques, militaires ou pilotes hors pairs comme dans Star Trek ou Star Wars mais seulement des ouvrier qui cherchent Ă  gagner leur croute et Ă  rentrer chez eux. Du coup, quand l’horreur arrive, mĂŞme dans un contexte SF, on se sent pleinement concernĂ©.

Et quand cette horreur arrive, elle est incarnĂ©e par la crĂ©ature la plus effrayante qu’ai apportĂ© le cinĂ©ma : l’Alien. Les scĂ©nariste, le designer et le rĂ©alisateur ont tout fait pour rendre le monstre implacable. Pour commencer, il s’installe par la entre porte du vaisseau avec le Facehugger avant de lâcher une mini crĂ©ature au cours d’une sĂ©quence choc qui aura marquĂ© les esprits. Nous nous dĂ©couvrons, après qu’il se soit tapi dans les sombres conduits du vaisseau, la forme dĂ©finitive de l’alien, prĂ©dateur ultime, reprĂ©sentation de la mort contre laquelle se battent les passagers. Une crĂ©ature sans yeux (et donc que l’on ne peut jauger), avec une double mâchoire, au sang acide et sans pitiĂ© ! Face Ă  ce monstre les victimes qui meurent en premier seront les plus chanceuses et les nerfs des spectateurs sont mis Ă  rude Ă©preuve dans ce huis clos infernal.

Mais l’horreur ne viendra pas que du monstre, mĂŞme si il y contribue grandement. La menace est aussi prĂ©sente au sein des passagers qui doivent se faire confiance et qui se rendent compte de la nature de l’homme lorsqu’on leur demande de ramener cette crĂ©ature du mort sur Terre pour l’Ă©tudier et l’utiliser comme arme. Comme si le film dĂ©nonçait certaines politiques de l’ère Nixon qui venait de s’Ă©couler (qui a dit Viet-Nam et guerre ?). Alors l’alien est bien plus qu’un  monstre effrayant, c’est l’incarnation d’une terreur bien plus profonde.

Avec une crĂ©ature d’un tel charisme, on en viendrait presque Ă  oublier que Ridley Scott a avec lui un casting particulièrement rĂ©ussi, de Ian Holm en androĂŻde difficile Ă  cerner Ă  John Hurt, en passant par Sigourney Weaver qui, bien que dĂ©butante, possède un charisme impeccable qui fera entrer son personnage du lieutenant Ellen Ripley au panthĂ©on des hĂ©roĂŻnes plus cultes du cinĂ©ma.

Grâce au savoir-faire de Ridley Scott et les diffĂ©rentes restaurations qu’a subi le film, Alien n’a pas vieilli est reste encore aujourd’hui l’une des expĂ©riences de cinĂ©ma qui offre le plus de frissons. Mais c’est aussi une franchise qui a su Ă©voluer avec des rĂ©alisateurs de talent puisque James Cameron, David Fincher et Jean-Pierre Jeunet (on oubliera les 2 volets d’Alien vs. Predator) ont ensuite pris la relève pour des films aux univers radicalement diffĂ©rents mais faisant toujours l’objet d’une fascination pour le monstre de HR Giger et la prĂ©sence magnĂ©tique de Sigourney Weaver. Pas Ă©tonnant qu’Alien traverse alors les dĂ©cennies sans une ride

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Sawyer17
    24/10/2010 Ă  12:33 | #1

    Tu as tout dit! Grandiose, meilleur film de Science-fiction pour ma part, tout simplement culte!