Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Zombieland, la critique

Zombieland, la critique

posté le 26/11/2009 FredP

zombieland thumb

Il fallait bien compenser l’eau de rose vampire ambiante par du bon zombie bien fun. C’est Zombieland qui s’en charge et ça fait du bien !

zombielandpostersmallBienvenue à Zombieland, nouvelle terre envahie de zombies où seuls quelques humains rescapés. Bon, ok, ça ressemble un peu à tous les films de zombies, sauf que le traitement est ici différent.

Le film commence par nous prĂ©senter Colombus, jeune geek, et les principales règles de survie Ă  Zombieland (qui bien entendu seront ensuite illustrĂ©es tout au long du film au bon moment), suivi d’un gĂ©nĂ©rique au ralenti super rĂ©ussi (un peu dans la veine de Watchmen). Notre hĂ©ros fera ensuite la connaissance de Talahassee (oui, tous nos hĂ©ros portent les noms de leur ville d’origine). Tous les deux vont alors partir vers un endroit oĂą il n’y aurai pas de zombie. C’est donc parti pour une sorte de teen-road-movie humoristique avec morts-vivants.

Ce qui est bien, c’est que malgrĂ© la plĂ©thore de films de zombie qui existe et la rĂ©fĂ©rence parodique qu’est Shaun of the Dead, Ruben Fleisher arrive a rĂ©aliser un film qui a sa propre identitĂ© et ses propres rĂ©fĂ©rences. C’est mĂŞme plus un road-movie rock’n'roll pour geeks qu’un film de zombie. Et malgrĂ© un manque flagrant de budget, le film est rempli de bonnes idĂ©es (les flash-backs très drĂ´les, les rĂ©currentes règles Ă  suivre, le camĂ©o surprise de BM dans son propre rĂ´le) et de rĂ©pliques gĂ©niales. Sous oublier les personnages attachants. On commence Ă©videmment par un Woody Harrelson en roue libre dans le rĂ´le du bourrin Talahasse, gĂ©nial. Jesse Eisenberg a lui la tâche de reprĂ©senter les geeks qui sont les plus aptes Ă  survivre dans un monde peupler de zombies (Ă©videmment, Ă  force de regarder les films, on connait les moyens s’en sortir). zombielandQuand aux deux sĹ“urs campĂ©es Emma Stone (la jolie) et Abigail Breslin (la jeune innocente), elles sont juste Ă  leur place. Ni trop gentilles et juste assez garces.

Évidemment, on n’Ă©chappera pas Ă  l’amourette, mais celle-ci passe bien vu qu’elle permet de rapprocher les personnages et n’est pas le coeur du film. Mais par contre, il est dommage que le film n’ai pas eu un plus gros budget pour se permettre des sĂ©quences encore plus folles. En effet, le final dans le parc d’attraction aurait gagnĂ© Ă  ĂŞtre encore plus barrĂ©, plus jeu vidĂ©o avec high score (d’ailleurs, merci d’avoir enfin placĂ© un clown zombie !). Mais ce sera peut-ĂŞtre pour la suite. Maintenant que les personnages sont installĂ©s et le ton du film adoptĂ©, le rĂ©alisateur pourrait tout se permettre dans le fun zombiesque.

Au final, il vous reste juste Ă  apprĂ©cier ce Zombieland rock’n'roll et sans prĂ©tentions. Et ça fait dĂ©jĂ  du bien.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire