Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Twilight 2 Tentation, la critique

Twilight 2 Tentation, la critique

posté le 21/11/2009 FredP

twilight2 thumb

Le nouveau volet Twilight vient de sortir. IntitulĂ© Tentation, le film n’est pas si sĂ©duisant que ça, bien au contraire. Sauf pour les jeunes adolescentes romantiques.

twilight2frQue ce soit clair avant que je ne commence. Je n’ai pas lu les livres de Stephenie Meyer. Je ne jugerai donc que le film et rien que le film.

Tentation commence donc lĂ  oĂč le premier film s’Ă©tait arrĂȘtĂ©. Le vampire Edward et la mignonne Bella sortent donc ensemble depuis un certain temps et elle a grave envie de passer Ă  l’acte (je veux dire devenir vampire, bien sĂ»r mĂ©taphore subtile pour le sexe dans le monde des noctambules suceurs de sang). Mais Ă  son anniversaire, la jeune fille perd du sang en ouvrant un cadeau (pas douĂ©e ! tient c’est peut-ĂȘtre une autre mĂ©taphore sur les rĂšgles fĂ©minines qui font fuir les mecs ?), du coup, le plus jeune vampire du clan Cullen a failli la mordre. Puisqu’il se rend compte qu’elle sera toujours en danger avec lui, le vampire romantique dĂ©cide de la quitter Ă  tout jamais. Alors Bella, dĂ©pressive, va apprendre Ă  mieux connaitre son ami d’enfance Jacob (qui se rĂ©vĂ©lera ĂȘtre un gentil toutou loup-garou) et cherchera Ă  combler son chagrin avec l’adrĂ©naline. VoilĂ  en gros ce qui va nous occuper pendant 2 heures.

twilight2 cullenBon, alors on va commencer par les points positifs du film (ça va ĂȘtre rapide). Alors que le premier volet souffrait vraiment d’un manque de budget, cette fois il y a plus d’argent et ça se voit dans la rĂ©alisation. Cette fois-ci, nous avons droit Ă  quelqu’un derriĂšre la camĂ©ra. Chris Weitz, rĂ©alisateur du premier volet de A la CroisĂ©e des Mondes, nous prĂ©sente donc un film qui ressemble plus Ă  un long-mĂ©trage que le prĂ©cĂ©dent. En effet, cette fois on a moins l’impression de regarder un tĂ©lĂ©film et quelques partis-pris de rĂ©alisation sont lĂ  (cette sĂ©quence oĂč le temps passe quand Bella dĂ©prime par exemple), mĂȘme si le rĂ©al s’en sortait mieux sur son prĂ©cĂ©dent film. En tout cas, c’est dĂ©jĂ  un mieux. L’autre point positif, c’est la BO qui est assez agrĂ©able Ă  Ă©couter. Le compositeur frenchie Alexandre Desplat fait du bon boulot et l’Ă©coute de Muse ou Tom Yorke est agrĂ©able (reste Ă  savoir pourquoi ils ont voulu ĂȘtre sur une BO aussi commerciale pour ados prĂ©-pubĂšres, mais c’est un autre dĂ©bat).

twilight2 wolfToutefois, c’est deux points relativement positifs sont gravement entachĂ©s par un rĂ©cit qui traine en longueur. Pour tout dire, cĂŽtĂ© intrigue, il ne se passe absolument rien. Pendant un tiers du film, c’est « je t’aime mais c’est trop dangereux pour toi»  avec le vampire, puis on remet le couvert avec le loup-garou. Seule la derniĂšre partie chez les Volturi nous sortira un peu de notre sommeil. Bref, il ne se passe rien puisqu’Ă  la fin on en reviendra quasiment au point de dĂ©part (cad Bella et le vampire qui sortent ensemble mais lui ne veut toujours pas la mordre). Le rythme du film est lent Ă  mourir, il n’y a aucune tension et les rĂ©pliques niaises au possible. Ajoutez Ă  cela des sommets de pudibonderie jamais atteints. Le passage le plus « hot»  est un fugace baiser avant que le tĂ©lĂ©phone ne sonne ou que la foule applaudisse. C’est clair, on est loin de la sensualitĂ© d’un Dracula de Coppola, encore plus du sexe de True Blood.

twilight1 volturiMais non content d’avoir une histoire oĂč rien ne se passe nous avons aussi devant nous des acteurs assez palots (dans tous les sens du terme). A commencer par un Robert Pattinson horrible Ă  voir. Jamais vu un vampire aussi peu suave. C’est simple, rien ne se dĂ©gage du personnage, mĂȘme pas un semblant de passion pour sa belle. En bref, il joue comme une patate sans charisme et l’on n’a qu’une seule envie, le secouer pour le sortir de son sommeil Ă©ternel. Heureusement qu’il porte des lentille jaunes sur les yeux pour qu’on sache qu’il ne dort pas. D’un autre cĂŽtĂ©, nous avons Taylor Lautner qui a prit 15 kilos de muscles pour le rĂŽle. Il s’en sort certes mieux que l’autre asperge mais on voit clairement qu’il est encore dĂ©butant. Reste une Kristen Stewart qui essaie de faire ce qu’elle peut entre ses deux pitoyables partenaires et fait la moue pendant tout le film (elle s’en sortait beaucoup mieux plus jeune dans Panic Room, mais c’Ă©tait Jodie Foster et David Fincher qui la coachaient). La bonne surprise durera 2 minutes chrono avec l’apparition de Dakota Fanning qui prouve encore son talent en sortant du lot en vampire du clan Voluri assez effrayante.

Pour conclure, si le premier volet n’Ă©tait pas spĂ©cialement gĂ©nial mais assez supportable (puisqu’il prĂ©sentait le dĂ©cor, les personnages, la situation), le second commet des erreurs clairement impardonnables. Une histoire qui n’avance pas, des comĂ©diens qui jouent plus mal que dans l’Ă©pisode prĂ©cĂ©dent alors qu’il aurait fallu tout le contraire. En tout cas si il y a bien une tentation que je n’ai pas aprĂšs avoir vu ce film, c’est de connaitre la suite et de lire les bouquins.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire

ï»ż