Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Matrix

Culte du dimanche : Matrix

posté le 11/10/2009 FredP

matrix thumb

En 1999, le cinĂ©ma d’action Ă©tait dĂ©jĂ  entrĂ© dans un nouveau millĂ©naire grâce Ă  un film devenu culte : Matrix.

043449_afLorsque le film des frères Wachowski est arrivĂ© sur les Ă©crans Ă  la veille des annĂ©es 2000, ce fut un choc pour une grande partie des spectateurs. Depuis longtemps un film n’avait pas aussi bien mariĂ© l’action SF avec une rĂ©flexion sur notre rĂ©alitĂ© de manière facilement comprĂ©hensible pour le grand public.

Pourtant, au dĂ©part, le pari Ă©tait risquĂ©. Combiner des rĂ©fĂ©rences geek absolues (manga et japanim, jeu vidĂ©o, blade runner et d’autres films majeurs de la SF sans compter les livres) n’Ă©tait pas le meilleur moyen de faire un film comprĂ©hensible par tous. Mais la virtuositĂ© des rĂ©alisateurs et la prĂ©sence de Joel Silver Ă  la production ont rendu cela possible.

Pour rappel, un petit mot sur l’histoire (pour les rares qui n’auraient pas suivi). Neo, hacker, va dĂ©couvrir que le monde dans lequel nous vivons n’est qu’une rĂ©alitĂ© virtuelle concue par les machines qui ont pri le pouvoir. En quelque sorte, on peut y voir une suite lointaine Ă  Terminator.

bullet timeLes rĂ©fĂ©rences et influences pleuvent. Entre combats d’art martiaux, gunfights, dĂ©cors sombres et pluvieux, noms symboliques des personnages, l’histoire d’un Ă©lu, … Pour le grand public occidental, c’est plutĂ´t inĂ©dit et donc un vrai coup de poing. D’autant que ces influences sont vraiment bien mixĂ©es pour nous offrir un rĂ©cit efficace dans l’action. Bien sur, son succès, le film ne le doit pas qu’Ă  ses effets spĂ©ciaux inĂ©dits. C’est aussi grâce Ă  la rĂ©flĂ©xion bien menĂ©e sur la perception de la rĂ©alitĂ©e et aux rĂ©fĂ©rences culturelles universelles (bibliques, contes, …) qu’il le doit. Rendant ainsi le film accessible pour tous et dans tous les pays du monde.

Film somme de rĂ©fĂ©rences, Matrix deviendra Ă©galement lui-mĂŞme film rĂ©fĂ©rence.  On ne compte plus le nombre de parodies et d’emprunt Ă  la saga virtuelle des frères Wachowski. Ce que l’ont verra ensuite le plus souvent sera Ă©videmment le fameux effet du « bullet-time» . InventĂ© par Michel Gondry dans ses clips et pubs (et dĂ©jĂ  utilisĂ© dans Lost in Space un an avant), l’effet sera reprit dans un grand nombre de films, Ă  en friser l’overdose (Charlie’s Angels, OpĂ©ration Espadon, …).

ascenceurIl est toutefois Ă©tonnant maintenant de savoir que le film a Ă©tĂ© un succès auquel personne ne s’attendait. En effet, l’association prĂ©cĂ©dente de Keanu Reeves avec la SF (Johnny Mnemonic) s’Ă©tait soldĂ©e par un Ă©chec cuisant. Avec Matrix, finalement, Keanu Reeves deviendra une superstar, Carrie-Anne Moss est rĂ©vĂ©lĂ©e et Hugo Weaving (qui crève l’Ă©cran en agent Smith) obtient une grande reconnaissance. Le film rĂ©colte au final un pactole partout dans le monde et rĂ©colte mĂŞme 4 oscars techniques mĂ©ritĂ©s. Et l’univers du film est si bien rĂ©flĂ©chi et complet qu’il permettra de s’Ă©tendre avec 2 suites (Reloaded et Revolutions), un jeu vidĂ©o, un comic-book et surtout la sĂ©rie Animatrix. C’est clair, Matrix est, sinon un tournant, une Ă©tape majeure dans le cinĂ©ma d’action et de science-fiction.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire